Test OC-Sensor

C’est le test immunologique le mieux évalué et le plus largement utilisé. C’est un test immunologique quantitatif qui détecte l’hémoglobine grâce à des anticorps spécifiques de la globine humaine.


Réalisation pratique        

Télécharger le Mode d'emploi [PDF, 815 Ko]

Voir la vidéo du mode d'emploi


Lecture du test et interprétation        

La lecture du test est automatisée, ce qui permet une cadence de lecture plus élevée (280 tests par heure) et une moindre subjectivité que la lecture des tests Hemoccult.

Le délai entre la réalisation du test et sa lecture doit être le plus court possible (idéalement inférieur à 3 jours, et au maximum 7 jours) car la globine est plus fragile que l’hème. Si le délai est trop long, le taux d’hémoglobine tend à diminuer, ce d’autant que la température est élevée. Cela ne pose problème qu’au-delà de 25 à 30°C.

Le seuil de positivité a été fixé à 30 µg / g (soit 150 ng / ml) pour le programme français de dépistage organisé du cancer colorectal.

Lorsque le test est positif, il est nécessaire de réaliser une coloscopie pour rechercher la cause du saignement.

Performances        

Au seuil de 30 µg / g, le taux de positivité attendu est de l’ordre de 4%. Les performances obtenues avec ce seuil dépendent du nombre de tests réalisés (1) :

  • Lorsque le test OC-Sensor est effectué une seule fois :
  • sensibilité de 60 - 65% pour le diagnostic de CCR (vs 35% pour Hemoccult)
  • spécificité de 96 - 97% (vs 98 - 99% pour Hemoccult)
  • valeur prédictive positive de 35% pour une lésion néoplasique significative (cancer ou gros adénome). C'est-à-dire qu’en cas de test OC-Sensor positif, la coloscopie révèle dans 35% des cas une lésion néoplasique significative, au lieu de 25 à 30% pour Hemoccult.
  • Lorsque le test OC-Sensor est répété tous les 2 ans dans le cadre d’une campagne de dépistage :
  • sensibilité de 70 - 80% pour le diagnostic de CCR (vs 50% pour Hemoccult)

Efficacité du dépistage par OC-Sensor        

  • La réduction de mortalité par CCR obtenue par le dépistage par test immunologique est moins bien évaluée que pour le test Hemoccult (absence d’essai contrôlé randomisé). Il n’est cependant plus possible éthiquement de comparer l’efficacité du dépistage par test immunologique à l’absence de dépistage.
  • Compte-tenu de la meilleure sensibilité des tests immunologiques, la réduction de mortalité devrait être supérieure à celle obtenue par les tests au gaïac. De plus, le gain en sensibilité pour la détection des gros adénomes pourrait permettre de réduire l’incidence du CCR, ce qui n’est pas le cas des tests au gaïac.
  • Des réductions de mortalité de 13 à 52% ont été rapportées. L’étude de cohorte Italienne (2) a rapporté une réduction de mortalité par CCR de 41% (et une réduction d’incidence du CCR de 22%) dans le groupe dépisté par test immunologique (1 seul prélèvement biennal avec un taux de participation d’environ 40% et un taux de positivité de 5,4% au 1er test et 3,5% aux tests suivants)

Acceptabilité        

  • Le test OC-Sensor est mieux accepté que le test Hemoccult. Un seul prélèvement suffit au lieu des six nécessaires avec le test Hemoccult. Cette simplicité entraine une augmentation constante de participation évaluée entre 5 et 13% selon les études (3). L’étude Ecossaise réalisée en population au sein d’un programme national a observé une augmentation de 5%, principalement chez les personnes pour lesquelles le bénéfice attendu était le plus important : les hommes, les plus jeunes et les plus défavorisés (4).
  • Il est difficile de prédire l’impact du passage au test immunologique quantitatif en France car dans le même temps l’envoi du test à domicile est abandonné, qui représente selon les départements de 10 à 20% de la participation.

Références

  1. Bernard Denis, Lydia Guittet. Dépistage du cancer colorectal par test immunologique quantitatif de recherche de sang occulte dans les selles : une révolution ? Hépato Gastro et Oncologie Digestive 2015 ;22 :119-29.. Télécharger l'article [PDF, 2,3 Mo]
  2. Ventura L, Mantellini P, Grazzini G, et al. The impact of immunochemical faecal occult blood testing on colorectal cancer incidence. Dig Liver Dis 2014;46:82-6.
  3. Vart G, Banzi R, Minozzi S. Comparing participation rates between immunochemical and guaiac faecal occult blood tests: a systematic review and meta-analysis. Prev Med 2012;55:87-92.
  4. Digby J, McDonald PJ, Strachan JA, et al. Use of a faecal immunochemical test narrows current gaps in uptake for sex, age and deprivation in a bowel cancer screening programme. J Med Screen 2013;20:80-5.

 




Vous pouvez nous contacter à tout moment en nous écrivant un email.

Site réalisé avec le concours de la Ligue contre le cancer